Réponses à vos questions

PROTHÈSES

Qu’est-ce qu’une prothèse ?

La prothèse est une articulation artificielle, composée de pièces mécaniques synthétiques (implants prothétiques) de la même forme que l’articulation. Elle rend, dans la mesure du possible, les mêmes services qu’une articulation naturelle (souplesse, stabilité, …).

On parle d’arthroplastie quand on remplace une articulation par une prothèse.

Qu’est-ce qu’une prothèse totale ?

Une prothèse est dite totale lorsqu’elle remplace tous les composants de l’articulation. On dit prothèse totale par opposition à prothèse partielle. Elle se compose de plusieurs pièces mécaniques.
La prothèse de la hanche remplace les deux composants articulaires de l’articulation de la hanche : la tête du fémur qui est sphérique, et la partie creuse du bassin dans laquelle elle va s’emboîter.

Quand est-ce qu’une prothèse est nécessaire ?

Une prothèse est indiquée lorsque l’arthrose devient trop problématique pour la mobilité et la vie du patient, quand son articulation est très usée.Il n’existe actuellement aucun moyen de réparer une articulation abîmée. Quand les douleurs deviennent trop gênantes, malgré le traitement médical, la prothèse devient la seule solution.

Existe-t-il d’autres solutions ?

Une chirurgie dite conservatrice est parfois possible quand l’articulation n’est pas trop usée, si la personne est encore jeune et commence seulement à souffrir.

L’arthrodèse, qui consiste à bloquer l’articulation dans une bonne position, est une alternative à la mise en place d’une prothèse. Elle soulage très bien et permet, pour certaines articulations, malgré l’absence de mouvement, d’être autonome. Cependant, elle a des limites et ne pourra être efficace pour des cas trop avancés.

Quelle est la durée de vie d’une prothèse ?

L’usure de la prothèse doit être toujours présente à l’esprit. C’est pourquoi il est nécessaire de fait de de faire prendre conscience lors de la consultation à une personne obèse que le surpoids accélère l’usure à moyen et à long terme. L’hyperactivité diminuera également la longévité de la prothèse, les patients qui réalisent des activités physiques ou sportives useront plus leurs implants qu’un patient plus sédentaire.

On estime actuellement qu’une prothèse totale du genou a une longévité moyenne de plus de 20 ans.

Peut-on remplacer une prothèse usée ?

On peut remplacer une prothèse usée, à condition que l’âge et l’état de santé général du patient permette cette intervention. En effet, cette reprise chirurgicale de prothèse (dite arthroplastie itérative) est plus complexe et donc plus lourde à supporter que la première pose de prothèse.

Lorsque l’usure de la prothèse est associée à des lésions osseuses autour de la prothèse, on doit effectuer une reprise chirurgicale de celle-ci.

Je suis obèse, la pose d’une prothèse de hanche est-elle possible?

L’obésité n’est pas une contre-indication à l’implantation d’une prothèse de hanche, mais la perte de poids est doublement profitable au patient obèse : elle contribue, d’une part à la diminution des douleurs et d’autre part à l’amélioration du résultat.

Quelles sont les pathologies traitées par la prothèse ?

Si les traumatismes (fractures, luxations, ..) peuvent conduire à la mise en place d’une prothèse, ce sont les maladies qui usent les articulations (et leur cartilage) qui génèrent le plus d’indications de prothèses, c’est à dire, notamment :

  • l’arthrose ;
  • les maladies inflammatoires (arthrites) ;
  • la nécrose osseuse ;
  • les tumeurs osseuses.

Qui concerne la prothèse totale de la hanche ?

Il s’agit le plus souvent de patients âgés en moyenne de 60 ans, présentant une coxarthrose (arthrose de la hanche) dite primitive. Régulièrement le patient est plus âgé et se présente avec une hanche usée à un âge plus avancé de la vie, même après 80 ans. Dans d’autres cas, il s’agit d’une coxarthrose du sujet jeune avant 40 ou 50 ans, d’origine secondaire

ARTHROSE

Qu’est-ce que l’arthrose ?

L’arthrose est une pathologie affectant les articulations, via l’usure du cartilage. Facilitant les mouvements articulaires, le cartilage entre les os est ramollit par l’arthrose, et une partie de ses fibres se séparent. Sa surface se fissure et s’effrite, ce qui peut entraîner la disparition de segments complets de cartilage. Ces dégradations rendent les mouvements articulaires difficiles et très douloureux.

Cette pathologie touche aujourd’hui plus de 10 millions de français.

Quels sont les symptômes de l’arthrose ?

Les symptômes de l’arthrose sont variables, selon les articulations atteintes et du degré de développement de la pathologie, et de la gravité du problème. Les symptômes les plus courants recensés sont la douleur, la sensibilité et la raideur.

Ces symptômes s’intensifient progressivement dans le temps. Les personnes atteintes d’arthrose ressent généralement des sensations de grincement, de claquement ou de craquement dans l’articulation lors du mouvement.

Comment l’identifier ?

L’arthrose est parfois difficile à détecter naturellement. C’est une pathologie dont les symptômes se ressentent lentement et s’intensifient dans la durée.

Le diagnostic de l’arthrose est effectué par un médecin, qui examinera les articulations et testera l’amplitude des mouvements. Certains examens médicaux tels que les radiographies et l’IRM peuvent être utilisés pour confirmer les questionnements.

Des tests sanguins peuvent également être effectués, afin de détecter de potentielles autres causes de douleur aux articulations.

Puis-je continuer à pratiquer un sport si je suis atteint d’arthrose ?

La pratique d’un sport doit être adaptée, les sports sollicitant trop fortement les articulations atteintes doivent être évités. La marche est conseillée mais ne doit pas se prolonger en cas de coxarthrose (hanche) ou de gonarthrose (genou).

On préconisera plutôt le cyclisme et la natation. Ces activités favorisent la circulation du sang, et une bonne irrigation de l’articulation, importante pour que le cartilage soit bien nourri.