Metatarsalgie

Il s’agit de douleurs souvent associées à la déformation en hallux valgus du premier rayon.Elles se manifestent par des durillons douloureux en trois stades :

  • Premier stade : vous souffrez au niveau de l’oignon :
    • la douleur est souvent importante, motivant votre consultation et la cure chirurgicale.
    • Parfois, la douleur est modérée, et vous passez au deuxième stade.
  • Deuxième stade : période d’accalmie relative : peinture elle peut durer plusieurs années.
  • Troisième stade : vous revenez consulter pour les complications de l’hallux valgus et de ses conséquences, c’est-à-dire le pied rond antérieur avec durillons et douleurs plantaires ou orteils en griffe. C’est le deuxième orteil en griffe avec sa douleur sur le corps de l’orteil, qui motive le plus souvent la consultation. Il faudra alors certes le traiter chirurgicalement ainsi que le pied rond antérieur, mais ne jamais traiter les déformations sans traiter la cause.

Le traitement chirurgical du pied rond et des griffes d’orteils

Il consiste en une ostéotomie cervico-capitale (Weill), qui aura pour effet de reculer les têtes métatarsiennes, et ainsi de détendre considérablement les structures capsulo-ligamentaires rétractées.
Cette ostéotomie sera fixée au moyen d’une toute petite vis qui ne vous seront pas retiré. Cette intervention est pratiquée dans la même séance que la chirurgie de l’hallux valgus, si celui-ci est associé à un pied rond antérieur.
Dans de rares cas nous sommes amenés à réaliser le brochage d’un orteil pour corriger une grille d’orteil. La broche vous sera retirée au cours d’une consultation un mois après la chirurgie sans la moindre douleur.

L'intervention chirurgicale

Elle est d’une durée moyenne de 30 mn elle n’est pas douloureuse grâce à l’anesthésie loco-régionale qui vous sera faite par le médecin anesthésiste (durant l’intervention le pied ainsi que le mollet et la cheville sont endormis par un anesthésique local et supprime ainsi toute sensation douloureuse).
Il s’agit d’une intervention réalisée en ambulatoire (vous sortez le jour de l’opération).
Le jour de l’opération, il faudra prévoir de vous faire accompagner pour le retour à la maison et de vous munir de cannes canadiennes pour vous aider à vous déplacer le premier jour.

Les suites postopératoires

Les douleurs postopératoires qui faisaient la réputation de cette intervention ont pratiquement disparues aujourd’hui grâce aux techniques d’anesthésie loco-régionale.

La lutte contre l’œdème : vous devrez vous ménager dans la journée du temps nécessaire pour rester alité les pieds surélevés en dehors du temps nécessaire pour faire quelques pas dans votre chambre dans le couloir et des heures de repas et de la toilette.

Les déplacements : ils sont autorisés avec la chaussure à appui talonnier le jour de l’intervention. Cette chaussure devra être portée durant quatre semaines après l’intervention. Bien entendu cette chaussure ne vous permet pas la reprise de la conduite automobile.

Le pansement : il sera fait le jour de l’intervention, puis il ne sera pas refait avant le 15° jour postopératoire lorsque l’infirmière retira les fils cutanés.

Les traitements postopératoires : un traitement antalgique et anti-inflammatoire vous sera indiqué pour lutter contre la douleur et un traitement anticoagulant pour une durée de 21 jours pour éviter tout risque de thrombophlébite.

Les complications

  • L’œdème : il est habituel, il n’est pas vraiment considéré comme une complication, son importance et sa durée sont variables. Pensez à bien conserver des périodes dans la journée pendant lesquelles les membres inférieurs seront surélevés.
  • Les infections : elles seront d’autant plus fréquentes chez les patients qui sont des patients tabagiques ou chez les patients qui présentent des facteurs de risque comme le diabète.
    L’infection bactérienne nécessite souvent une reprise chirurgicale avec nettoyage de l’abcès et parfois ablation du matériel d’ostéosynthèse associée à un traitement antibiotique prolongé. il peut provoquer des douleurs résiduelles et un enraidissement du pied.
    Pour les fumeurs il faudra prévoir l’arrêt du tabac un mois avant l’intervention et la reprise un mois après l’intervention.
  • L’algodystrophie : c’est une complication imprévisible. Elle est traduite par une douleur à l’appui du pied. C’est une complication rare qui sera traitée par des injections de Calcitonine.
  • L’enraidissement du pied : complication très rare (6 % des cas environ). L’enraidissement devient gênant que lorsqu’il existe une arthrose du gros orteil préexistant.
  • La persistance d’une sensation d’anesthésie de l’orteil concerné par le névrome.

Vous pourrez de nouveau porter vos chaussures de ville habituelles 2 mois après l’intervention et être bien dans vos chaussures sans y être trop serré dans un délai de quatre à six mois après l’intervention.

La conduite d’une automobile est autorisée au bout de six semaines.

L’arrêt de travail est en moyenne de 1 mois.